Prudence Petitpas - une petite dame au caractère bien trempé

Janvier + Février 2015
jeudi 1er janvier 2015
par  Musee
popularité : 23%

Maurice MARECHAL (1922 - 2008)
Prudence Petitpas - Le secret des poissons rouges
Crayon, encre et gouache sur papier
Collection du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL)


Le Musée des Beaux-Arts de Liège possède une collection de planches originales de bande dessinée recelant quelques trésors exceptionnels. Les signatures les plus exemplaires de l’âge d’or de la bande dessinée belge s’y côtoient : Hergé, Jacobs, Franquin, Morris, Peyo, Tillieux, Will, Macherot, Martin, Hermann, Comès, Graton,
Sirius et bien d’autres encore. Des noms qui font rêver.

Prudence Petitpas, la « Miss Marple de la bande dessinée », apparaît pour la première fois en 1957 dans Le Journal de Tintin. Maurice Maréchal, son dessinateur, propose avec cette nouvelle héroïne un contre-pied aux histoires de jeunes aventuriers qui peuplent les pages du journal. Différents auteurs, dont Goscinny, Greg ou Mittéï, ont contribué à l’écriture des scénarios policiers de Prudence Petitpas.

Dessinée par Maréchal et écrite par Greg, cette planche exposée est issue de l’aventure Le secret des poissons rouges, publiée en 1962. Les planches originales du fonds ont fait l’objet d’une sélection judicieuse en vue d’un éventuel achat : l’objet de l’énigme, le bocal aux poissons rouges, y est représenté à deux reprises.

Dans les années 60, la plupart des auteurs réalisent encore eux-mêmes le lettrage de leurs bandes dessinées. Maréchal a donc tracé au crayon le texte dans les bulles, avant de les encrer à la main. Pour éviter des erreurs de pagination lors de l’impression, le dessinateur numérote chaque planche dans sa dernière case. Celle-ci est donc le numéro 19 de son histoire.

Les planches originales se présentent au format A2, beaucoup plus grandes donc que l’épreuve finale, imprimée en A4. Comme nombreux de ses confrères, Maurice Maréchal préfère travailler avec le papier Schoeller Parole, un papier technique de très haute qualité, qui présente une forte capacité d’absorption de l’encre, sans pour autant se déformer sous l’effet de l’humidité. Lorsque l’auteur n’est pas satisfait de son tracé à l’encre noire, il applique des retouches à la gouache blanche (case 12).
L’épaisseur du papier lui permet aussi le grattage de l’encre à la lame (case 10).

Carmen Genten
Conservatrice au BAL

JPEG - 677.5 ko

Notre collection de planches originales de bande dessinée sous le feu des projecteurs


En janvier 2015, paraît chez Les Impressions Nouvelles un nouvel ouvrage de référence sur la bande dessinée belge, qui devrait intéresser les collectionneurs, les nostalgiques et les amateurs : L’Âge d’or de la bande dessinée belge – La collection du Musée des Beaux-Arts de Liège , un collectif sous la direction de Thierry Bellefroid.

Réalisé avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce livre richement illustré est à la fois un catalogue patrimonial et un dialogue entre le passé et le présent de la bande dessinée.

Dans le cadre de la présentation officielle du livre au BAL, le jeudi 15 janvier à 18h, le musée expose – au 3e étage – une sélection de ses meilleures planches originales de bande dessinée issues de sa collection, accessibles au public jusqu’au 1er février 2015.


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123