Petite Paramnésie Passagère IX

Septembre 2013
dimanche 1er septembre 2013
par  Musee
popularité : 30%

JPEG - 359.7 ko

Michel CLEEMPOEL
Petite Paramnésie Passagère IX
2007
Assemblage
Mise en boîte et réalisation par Anne GOY

La paramnésie est un trouble cérébral qui se traduit par la perte de la mémoire des mots et la difficulté de situer un évènement dans le temps ou dans l’espace. Ce phénomène est aussi appelé un déjà vu.
Le syndrome de Korsakov est un exemple de paramnésie parmi d’autres. Cette affection peut être déclenchée par la consommation abusive d’alcool, provoquant une perte de repères chronologiques chez le patient. Comme il n’arrive plus à placer les évènements dans la chronologie où ils se sont produits, il ne sait plus discerner le vrai du faux et peut fabriquer inconsciemment des souvenirs ou penser revivre des situations.

L’assemblage intitulé Petite Paramnésie Passagère IX est un clin d’œil à cette confusion de références provoquée par l’alcool, suggérée par le verre à liqueur. En imaginant un jeu de mots à partir de l’initiale « P », l’artiste a conçu un dispositif portatif pour ranger le verre qui devient dès lors un écrin à souvenirs, afin de nous empêcher d’oublier. En l’emportant avec soi à tout moment, il permet de s’ancrer dans la réalité tout en rappelant l’effet passager - selon l’artiste - de la boisson.

Mais une sensation d’irréalité persiste néanmoins. Laquelle des ombres portées par le verre est-elle réelle ? L’inconscient nous joue-il des tours ? S’agit-il d’une confusion de différents souvenirs réellement vécus ? Ou serions-nous face à une image inventée par notre esprit ?

La notion du temps qui passe est le fil rouge qui traverse tout l’œuvre de Michel Cleempoel. À l’image des impressionnistes, il s’efforce de capturer dans ses dessins l’instant éphémère, son sujet de prédilection étant l’ombre projetée sur le mur. Mais Cleempoel ne s’en tient pas à la représentation de la réalité. Tous ses instantanés sont des produits de son imagination, construits et créés de toutes pièces à partir d’un logiciel d’infographie. Ils sont des moments fictifs et donc hors de la réalité. Camera obscura I, acquis par la Ville de Liège en même temps que la Petite Paramnésie Passagère IX, reflète parfaitement cette démarche. Dans cette série, l’artiste s’approprie de manière ironique les chefs-d’œuvre du peintre Jan Vermeer, en accentuant certains détails de la peinture par leurs ombres portées sur le même mur que celui auquel est accroché le tableau.

Petite paramnésie passagère IX, par sa troisième dimension, fait exception dans la production jusque-là essentiellement picturale de Cleempoel, mais elle s’y rattache par l’élément récurrent de la présence de l’ombre. Elle est la dernière d’une série de boîtes colorées, contenant chacune un verre à alcool d’un modèle différent et son ombre. Certaines ombres, empreintes de nostalgie, se projettent sur le motif d’une nappe qui aurait pu décorer la table du goûter chez sa grand-mère ; une subtilité de l’artiste pour nous rappeler d’où on vient, sans pour autant nier notre époque et les changements qu’elle nous apporte.


Carmen Genten
Conservatrice au BAL

JPEG - 945.5 ko
Camera obscura I, 2005
Impression sur aluminium
Collection du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL)


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123