Neruda : Presente ! - Chile : Presente !

Mai 2013
mercredi 1er mai 2013
popularité : 9%

DACOS
Neruda : Presente ! Chile : Presente, 1973
eau-forte en couleurs
760 x 565 mm
Collection du Musée des Beaux-Arts de Liège

Cette eau-forte est représentative de la façon de travailler de Dacos. Les registres sont matérialisés par la découpe de la plaque en deux parties. L’une colorée distinctement de l’autre : en bleu pour la partie supérieure et en noir pour l’inférieure. L’artiste emploie le report photographique pour figurer les personnages ainsi que le texte. L’image est le résultat d’une longue succession d’étapes d’effacement et d’ajout d’éléments formels (traits, hachures, effets matiéristes…) qui viennent perturber la composition.

Sur l’entièreté de l’image se dégage l’ombre d’un personnage à mi-corps. Au niveau du registre supérieur sont figurées les forces armées du Général Pinochet. Ce dernier est également représenté au centre, au niveau de la tête ombrée. Celle-ci, de forme ronde, permet une mise en évidence du dictateur. Les personnages des forces armées sont répétés et traités avec des effacements partiels qui les font se fondre les uns sur les autres, de manière à ce qu’ils ne forment plus qu’une masse compacte et dense. Le Général Pinochet, quant à lui, ne subit aucun effacement, mais sa petite taille ne lui permet pas d’être facilement reconnaissable.

Au centre du registre inférieur, un texte effacé par endroit et coloré en rouge est maintenu par des fils barbelés. Il s’agit d’une partie du poème Madrid (1936) de Pablo Neruda, publié dans le recueil L’Espagne au cœur (1937) dédié au soutien du peuple espagnol, et dans lequel le poète chilien s’indigne contre le coup d’État de Franco. Le fait que le texte se situe là où se trouve le corps du personnage ombré laisse penser que celui-ci pourrait être l’image spectrale de Pablo Neruda, disparu en septembre 1973.

Cette gravure fait référence à une double actualité : le renversement du gouvernement chilien de Salvador Allende par la junte militaire du Général Pinochet le 11 septembre 1973, et la mort, douze jours après ce coup d’État, du poète, diplomate, membre du Parti Communiste chilien et ami d’Allende, Pablo Neruda.

L’œuvre est à la fois un hommage au Prix Nobel de Littérature de 1971 et un soutien en faveur du pouvoir anticapitaliste mis en place par le parti d’Allende. Le titre, Neruda : Presente ! Chile : Presente, est évocateur de cette prise de position. Il s’inspire de la formule scandée dans les rues de Santiago par les sympathisants du poète lors de son cortège funéraire : « Pablo Neruda, présent, maintenant et à jamais ! ».

Ces deux évènements semblent avoir fortement interpellé Dacos. Parallèlement à cette gravure, ce dernier participe également activement à la cause chilienne en réalisant plusieurs affiches sérigraphiées, dont Nos Duele Chili en 1973, et Je veux te raconter Kissinger en 1974, toutes deux vendues par le Comité « Chili » afin de récolter des fonds pour venir en aide à la population chilienne meurtrie.

Neruda : Presente ! Chile : Presente ! est une des eaux-fortes de l’artiste réalisées dans les années ‘70 et ‘80, qui évoquent explicitement certains événements tragiques de l’actualité.

Mais pour l’artiste, son engagement est également présent implicitement dans la plupart de ses estampes. Le choix de mettre en évidence cette œuvre pour annoncer la rétrospective Dacos. Moi, je me lève le matin, graveur, qui aura lieu au BAL du 14 juin au 25 août 2013, n’est pas anodin. Cette année, cela fait 40 ans que l’Unité Populaire d’Allende a été renversée et que Pablo Neruda est mort dans des conditions plus que douteuses, au point que son corps est exhumé depuis le 8 avril 2013 afin d’analyser les véritables raisons de son décès.

Linda Doria
Historienne de l’art

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234