Le Cabinet des Estampes et des Dessins s’expose :

Coups de cœur – Vernissage le 21 juin 2007 à 18h
 2007
popularité : 38%

Depuis quelques mois maintenant, le Cabinet des Estampes et des Dessins a accordé la priorité à la gravure, en organisant successivement l’exposition « Last Memories » de Ronny Delrue, lauréat de la Biennale 2005, l’hommage « Texture-Temps » rendu à Marthe Wéry et bien sûr la 6e Biennale internationale de gravure. Après la gravure, place au dessin...

Léon Philippet

Après la gravure, place au dessin :

Aussi durant l’été 2007, le CED a-t-il souhaité mettre le dessin à l’honneur. Ce terme est pris dans son sens le plus large, en opposition avec l’œuvre multiple. Les techniques sont diversifiées : crayon, mine de plomb, encre de Chine, fusain, pastel, aquarelle, lavis, gouache..., utilisées seules mais plus souvent associées, ...à la manière des graveurs qui ont volontiers recours aux techniques mixtes. Un univers en noir et blanc mais qui ne méprise pas pour autant la couleur, au contraire !

Une occasion de découvrir des œuvres rarement exposées :

La sélection d’une centaine de pièces, opérée au départ des collections est volontairement intuitive, guidée par des « Coups de cœur » mais aussi par l’envie de dévoiler certaines œuvres qui n’ont jamais ou rarement été montrées au public. Pour des raisons évidentes de conservation, toutes les œuvres sur papier, tant dessins que gravures, sont en effet rangées dans des portefeuilles et visibles uniquement sur rendez-vous.

Priorité aux artistes liégeois :

Au vu de la richesse inépuisable de nos collections, évaluées à quelques 40.000 pièces, nous avons ciblé la sélection « Coups de cœur » selon deux critères, l’un géographique, l’autre chronologique, afin de s’assurer une certaine cohérence. Après l’ouverture positive à de nombreux horizons, parfois très lointains, dans le cadre de la Biennale qui assume de plus en plus son label international, l’occasion était belle de privilégier les artistes « de chez nous » : priorité donc aux liégeois ! Deux petites exceptions légitimes : Jacques Ochs et Marcel Caron, nés en France mais Liégeois d’adoption.

1870 – 1970 : une époque d’une grande effervescence artistique

Après l’époque Renaissance mise à l’honneur dans le cadre du 500e anniversaire de Lambert Lombard et avant l’hommage qui sera rendu au courant baroque en la personne du sculpteur Jean Delcour en automne, notre préférence s’est manifestée en faveur de la période allant d’environ 1870 à 1970 :cent ans durant lesquels un véritable vivier d’artistes talentueux et productifs a vu le jour et s’est développé.

Cette période est marquée par des évènements importants sur le plan historique bien sûr, mais aussi artistique. Liège a connu, entre autres, l’exposition universelle de 1905, la création de l’Académie et du Palais des Beaux-Arts, la vente de Lucerne en 1939, l’inauguration du Musée de l’Art wallon en 1952. Le Cabinet des Estampes et des Dessins remonte à cette même époque et doit sa création au conservateur Jules Bosmant qui eut l’heureuse idée de rassembler sous un même toit toutes les collections d’œuvres sur papier disséminées dans plusieurs endroits communaux non appropriés, et donc menacées.

Une vingtaine d’artistes, une centaine d’œuvres ...

Une vingtaine d’artistes choisis à travers les collections évoquent donc un siècle de créations par une série d’œuvres caractéristiques.

  • Léon Philippet (1843 - 1906)
  • Adrien de Witte (1850 – 1935)
  • Alphonse Mataive (1856 – 1946)
  • François Maréchal (1861 – 1945)
  • Auguste Donnay (1862 – 1921)
  • Armand Rassenfosse (1862 – 1934)
  • Ernest Marneffe (1866 – 1920)
  • Emile Berchmans (1867 – 1947)
  • Richard Heintz (1871 – 1929)
  • Philippe Derchain (1873 – 1947)
  • Jacques Ochs (1883 – 1971)
  • José Wolff (1884 – 1964)
  • Joseph Delfosse (1888 – 1971)
  • Adrien Dupagne (1889 – 1980)
  • Marcel Caron (1890 – 1961)
  • Edgar Scauflaire (1893 – 1960)
  • Robert Crommelynck (1895 – 1968)
  • Joseph Bonvoisin (1896 – 1969)
  • Auguste Mambour (1896 – 1968)
  • Jean Donnay (1897 – 1992)
  • Luc Lafnet (1899 – 1939)
  • Georges Comhaire (1909 – 2000)
  • Jean Dols (1909 – 1993)
  • Maurice Wéry (1911 – 1978)
  • Roger Thomas (1912 – 1978)

L’aîné de cette génération, Léon Philippet, naît en 1843, suivi quelques années plus tard d’Adrien de Witte, qui reste pour beaucoup le maître incontesté. Les cadets, Roger Thomas et Maurice Wéry, naissent à l’aube de la première guerre. Auguste Donnay décède en 1921,année de la création de l’atelier de gravure à l’Académie par François Maréchal. Georges Comhaire s’éteint en 2000.

Ces noms ne sont pas inconnus pour la majorité des Liégeois, mais évoquent quantité de précieux souvenirs. Certains d’entre eux ont d’ailleurs une rue à leur nom ! Quelques-uns sont davantage appréciés pour leur œuvre peinte comme Richard Heintz ou Auguste Donnay, d’autres pour leur production gravée, comme François Maréchal ou Jean Donnay.

Auguste Donnay


François Maréchal

Mais la richesse de chacun d’entre eux, qu’ils soient peintres, graveurs, caricaturistes ou décorateurs, est d’avoir laissé quantité de dessins qui s’avèrent être des compléments indispensables à l’étude de leur parcours artistique. Croquis, ébauches, carnets, dessins préparatoires, projets décoratifs, pochades, composition abouties... le dessin reste dans la majorité des cas un passage obligé, un reflexe instinctif - quel est l’artiste qui n’a jamais tenu un crayon ou une plume entre les doigts ?- ce qui est inévitablement un gage de spontanéité et de sincérité !

Spontanéité et sincérité, une conjugaison de talents variés

Comment ne pas être séduit par les compositions rigoureusement équilibrées d’Edgar Scauflaire, par l’énergie d’un Philippet, d’un Dupagne ou d’un Marneffe, par la sensibilité intimiste de François Maréchal, la finesse d’Adrien de Witte, l’élégance d’Emile Berchmans, le sens inné de la couleur d’Auguste Donnay ? Comment ne pas sourire devant l’ironie des croquis de Maurice Wéry transformant l’atelier de gravure de l’Académie en salle de défilé ? Comment ne pas être interpellé par l’ambiance symboliste d’Armand Rassenfosse ou de Luc Lafnet flirtant avec la mort, par le sens étonnant du graphisme publicitaire d’Auguste Mambour, sans oublier l’acuité percutante du caricaturiste bien connu Jacques Ochs...L’ensemble étonne par sa diversité.

Maurice Wéry


Auguste Mambour


LE CED, réceptacle d’un patrimoine inestimable :

Le CED a la grande chance d’être le réceptacle de ce patrimoine. Plusieurs fonds d’ateliers constituent la richesse de cette collection, la deuxième en importance en Belgique : François Maréchal, Auguste Donnay, Adrien de Witte, Jean Donnay...Certains fonds, dessins et gravures confondus, se chiffrent à plusieurs centaines d’œuvres sur papier, tantôt abouties, tantôt ébauchées, mais toutes « originales » dans le sens où elles proviennent directement de l’atelier de l’artiste.

Surprises, découvertes, retrouvailles, nostalgie, ... autant de sentiments que suscitent ces « Coups de cœur » aussi émouvants qu’étonnants !


Exposition accessible du 22 juin au 26 août 2007
Du mardi au samedi de 13h - 18h
et le dimanche de 11h - 16h30


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123