Le Bassin du commerce au Havre

Juillet & août 2014
 juillet 2014
par  Musee
popularité : 28%

JPEG - 114.1 ko

Claude MONET
Le Bassin du Commerce, Le Havre, 1874
Huile sur toile
Collection du Musée des Beaux-Arts de Liège (BAL)


Le tableau représente le Bassin du Commerce dans la ville du Havre, en France. Connu anciennement sous le nom de bassin d’Ingouville, l’ouvrage est achevé en 1791 dans la foulée du plan d’agrandissement urbain et portuaire ordonné par Louis XVI. Il prendra très vite l’appellation qu’il porte encore aujourd’hui suscitée par les navires de commerce qui viennent y mouiller, et la bourse du même nom qui borde une de ses rives. De nos jours, ses abords ne ressemblent plus en rien à ce qu’a immortalisé Claude Monet, Le Havre ayant subi d’importants bombardements durant la Seconde Guerre mondiale ce qui confère au tableau un intérêt historique indéniable.

JPEG - 318 ko

Selon Daniel Wildenstein, grand exégète de l’artiste, l’œuvre a vraisemblablement été exécutée en janvier 1874 quand le peintre revient au Havre peu de temps avant la toute première exposition de ceux qui vont s’appeler désormais « les Impressionnistes ». Monet donne à voir le bassin sur un de ses petits côtés, celui de l’ouest très précisément. À gauche du spectateur, trois grands voiliers à la mâture compliquée strient de verticales et d’horizontales cette partie de la composition. Le reste du tableau montre les bâtiments à front de quai, les installations portuaires et quelques embarcations. Le tout traité avec un souci du réel beaucoup plus scrupuleux que ne le laisserait croire la technique utilisée. On prendra pour exemple, entre autres détails bien réels de la vue du bassin, la représentation de la machine à mâter les bateaux, identifiable par sa forme de compas (communication écrite d’Annette Haudiquet, Conservatrice en chef du Musée du Havre). La présence humaine est quant à elle évoquée discrètement : formes imprécises fourmillant aux abords des navires, barques furtives sur lesquelles on distingue de vagues silhouettes. La palette est froide composée essentiellement de bleus, de violets et de verts (importance du ciel et de la nappe d’eau oblige) que viennent habilement réchauffer les petites touches rouge-orangé du soleil irradiant la partie droite de la composition.

Claude MONET, Impression soleil levant, huile sur toile, 1872, cons. Musée Marmottan Monet, Paris

La marine des collections liégeoises sert désormais de faire valoir au tableau éponyme du mouvement impressionniste, Impression, soleil levant, immobilisé au Musée Marmottan Monet à Paris. En témoignent notamment depuis 2010, son prêt à l’exposition Sur les quais. Ports, docks et dockers, de Boudin à Marquet au Musée du Havre et la rétrospective du Grand Palais à Paris la même année. De fait, les deux œuvres, outre leur sujet pratiquement similaire, ont des points communs. Elles reproduisent une vue du port du Havre et ont été réalisées durant ce que les spécialistes appellent la période d’Argenteuil (1872-1877). Le traitement de la nappe aquatique est fort semblable. Néanmoins, si les deux compositions traduisent toutes deux les effets lumineux d’un ensoleillement ponctuel, c’est à des moments différents de la journée. En effet, Impression, soleil levant est croqué comme son nom l’indique au lever du soleil. Le Bassin du commerce est quant à lui réalisé en fin d’après-midi, au couchant. Au fond de la composition, les rayons solaires, butant sur le pignon des façades parmi lesquelles on reconnaît le Grand théâtre (aujourd’hui disparu), en attestent. L’œuvre du BAL a cependant un caractère nettement plus achevé que celle du musée parisien. La confrontation des deux tableaux deviendra réalité dès septembre dans une exposition qui les réunira au Musée Marmottan Monet, sous le titre Impression, soleil levant : l’aube de l’Impressionnisme.

Au vu de sa grande qualité de conception et d’exécution, de son esthétique, de la place qu’il occupe dans l’histoire de l’art et de son excellent état de conservation, Le Bassin du commerce. Le Havre a été élu au titre de Trésor de la Communauté Wallonie-Bruxelles, le 8 octobre 2012 (Moniteur belge du 28/11/2012).

Gaëtane Warzée
Historienne de l’Art

Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123