Femme au corset rouge

Avril 2013
lundi 1er avril 2013
par  Musee
popularité : 9%

JPEG - 173.5 ko

Adrien de Witte
Femme au corset rouge, 1880
Huile sur toile
Collection du Musée des Beaux-Arts de Liège

Adrien de Witte est surtout réputé pour ses gravures. C’est méconnaître son œuvre peint dans lequel il se révèle pourtant un maître incontesté, et parfois digne des plus grands. Ainsi, René Huyghe n’avait pas hésité à oser la comparaison avec l’œuvre de Degas à propos de la Femme au corset rouge. Sans conteste, c’est le chef d’œuvre pictural du Liégeois. Exécuté à Rome en 1880, durant le second séjour italien d’un artiste alors lauréat de la Bourse Darchis, le portrait donne à voir un de ses modèles favoris.

Mais ne nous y trompons pas, Adrien de Witte l’a croqué sur le vif, et non comme un sujet exécuté durant la traditionnelle séance de pose. Le moment est dérobé à la jeune femme qui se rajuste dans une intimité des plus sensuelles : levant les bras pour mettre de l’ordre à sa coiffure, elle révèle involontairement le galbe de sa poitrine jaillissant de la chemise et du corsage à peine relacé. Le côté instantané du sujet auquel s’ajoutent les jeux d’ombre et de lumière confèrent au tableau un caractère impressionniste. Mais bien au-delà de toute appartenance à un mouvement stylistique, la simplicité même de la composition alliée à l’économie de la palette suffisent à lui conférer le statut d’une œuvre de tout premier ordre.
En Italie, les femmes portaient le corset par-dessus leur chemise, au vu de tous. Il était de couleurs diverses qui indiquaient leur statut. Ainsi, le rouge était-il réservé aux femmes mariées. En peinture, les tableaux figurant des italiennes vêtues du costume traditionnel sont légion depuis le XVIIIe siècle, toutes écoles confondues.

Tableaux d’histoire, scènes de genre et portraits de personnages typiques du petit peuple italien multiplient les représentations en la matière. La singularité de l’œuvre d’Adrien de Witte est de n’avoir retenu que le détail vestimentaire du fameux corset, ainsi sublimé et devenu le sujet essentiel de la composition. L’artiste campe là une jeune paysanne gainée de rouge, certes, mais traitée désormais dans la veine des femmes à leur toilette et autres scènes intimistes à la mode de son temps. Le tout est peint avec finesse et sensualité, sans vulgarité aucune.

Ce tableau est le point de départ d’une recherche menée sur le séjour romain d’Adrien de Witte. Les nouveaux éléments découverts pour l’occasion ont fait l’objet d’une communication en août 2012 au Neuvième Congrès de l’Association des Cercles francophones d’Archéologie et d’Histoire de Belgique. Elle sera publiée en 2014 dans le Bulletin de l’Institut archéologique liégeois.
Au vu de ses qualités plastiques et de la place occupée dans l’œuvre d’un artiste éminent de l’école liégeoise du XIXe siècle, la Femme au corset rouge va être proposée au titre de « Trésor de la Communauté Wallonie-Bruxelles » dans les mois à venir.


Gaëtane Warzée
Historienne de l’art

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234