Dominika Sadowska

lauréate de la 6e Biennale internationale de Gravure 2007
 2008
par  ced
popularité : 17%

En ce printemps 2008, le Cabinet des Estampes présente en ses salles la lauréate de la 6e Biennale internationale de Gravure 2007, Dominika Sadowska.

JPEG - 16.5 ko

Vernissage le 10 avril 2008
Exposition accessible du 11 avril au 8 juin 2008

JPEG - 19.5 ko

L’œuvre de cette jeune Polonaise est entièrement imprégné par l’étude du visage humain dont elle décline les différentes expressions, illustrées très subtilement dans des sérigraphies de grand format. Puisant d’abord ses inspirations dans le Moyen-Âge et chez les Primitifs Flamands, Sadowska se tourne aujourd’hui vers des personnages issus de l’actualité, dans des images aussi dégagées que mystérieuses :

« Les gravures de la série Traces sont basées sur la photographie, qui est le rapport de lumière reflétée par un objet réel. C’est une trace que laisse la lumière sur un objet qu’elle vient de toucher. J’utilise un appareil photographique à sténopé, c’est la raison pour laquelle cette lumière est « pure » : elle n’est passée à travers aucun objectif. »

JPEG - 51.4 ko

Ayant également expérimenté de nouveaux supports, l’artiste présentera pour la toute première fois au public ses sérigraphies sur bois. Les œuvres récentes ont été réalisées grâce à une bourse octroyée par le Ministère de la Culture et du Patrimoine national de Pologne.

JPEG - 54.1 ko

Ce Prix de cette dernière biennale nous permet de rendre enfin hommage à la grande qualité artistique des graveurs des pays de l’Est qui se confirme depuis de nombreuses années déjà...

Cette exposition est organisée avec la précieuse collaboration de l’Ambassade de la République de Pologne.

JPEG - 94 ko


Dominika Sadowska

En regardant les œuvres de Dominika Sadowska, la première impulsion est de les classifier dans la catégorie des portraits. Au premier abord, on croit voir des personnes réelles dont l’artiste a représenté les traits individuels. En y regardant de plus près, on remarque pourtant qu’à côté des portraits de personnes issues de l’actualité, il y a des visages empruntés à des œuvres de grands maîtres, sortis de leur contexte original (par exemple des peintures de Léonard de Vinci ou de Jan Van Eyck). On ne s’en aperçoit pas tout de suite, puisque tous les visages appartenant à des personnes réelles ou à des personnages peints se partagent une caractéristique commune : une expression faciale qui se réfère aux émotions du personnage représenté.
La plupart des visages expriment des émotions très fortes, comme l’étonnement, la peur ou l’extase. En conséquence, je crois que Sadowska n’essaye pas seulement de représenter l’apparence extérieure des personnages, mais qu’elle vise surtout l’interprétation des émotions et expressions faciales dans des situations diverses. Peu importe que le visage représenté ressemble ou non à son modèle. Parfois on ne sait même pas qui est portraituré. Ce qui attire notre regard sont les valeurs intérieures de ses œuvres.
Sadowska se sert de différents procédés, tels que le changement de lumière, l’utilisation de la couleur (il arrive qu’une même image soit représentée dans plusieurs œuvres, mais dans des couleurs différentes), la réduction de certaines caractéristiques ou au contraire, l’exagération d’autres. Ces techniques ne sont pourtant pas utilisées pour intensifier les expressions émotives, puisqu’elles en sont indépendantes.
Parlant de son œuvre, l’artiste dit : « Je travaille avec des visages qui sont “extraits” de différents contextes dont la peinture, la photographie ou la réalité. J’utilise un appareil à sténopé qui illumine les visages d’une manière spéciale. Parfois, cette technique produit des déformations inhabituelles. »
On pourrait s’interroger sur le but de sa démarche. Pour ma part, je crois qu’en montrant tous ces portraits individuels, Sadowska nous parle d’elle-même. Elle exprime ses peurs, ses moments de joie, sa manière de découvrir ce qui importe vraiment dans la vie. J’ai remarqué chez elle une tendance à choisir toujours un certain type de personnages, qu’ils soient issus de l’œuvre d’un grand maître ou de l’actualité. Ses estampes et photographies sont surtout caractérisées par une qualité contemplative, une tentative de trouver la vérité intérieure sur elle-même et la nature humaine. Ses portraits nous rapprochent du mystère de l’être, de la vie, ou de l’inconnu caché au plus profond, indépendant du temps ou des conditions de vie. Son œuvre encourage l’introspection.

Paulina Sztabińska
Historienne et critique d’art, Université et Académie des Beaux-Arts de Łódź



Informations pratiques :

Cabinet des Estampes et des Dessins

3, Parc de la Boverie 4020 Liège
tél. : 04/342.39.23 – fax : 04/341.44.04

Du mardi au samedi de 13 à 18 heures ; le dimanche de 11 à 16h30 ; fermé le lundi et le 1e mai.

Prix d’entrée (commun au Mamac) : 5 € pour individuels ; 3 € pour les - 18 ans, seniors et groupes ; gratuité pour les groupes scolaires accompagnés ; gratuité le premier dimanche de chaque mois.

Publication : Dominika Sadowska, Liège 2008, illustrations couleurs, en vente à la boutique du musée au prix de 7 €.


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301