Autour de Serrurier-Bovy : dessins d’architectes Art nouveau

 2008
popularité : 16%

Dans le cadre de la Biennale de Design 2008, le Cabinet des Estampes et des Dessins expose une sélection de documents, de permis de bâtir et de projets aquarellés de grande qualité provenant des collections communales (Fonds d’archives de la Ville) et de collections privées, présentés pour la première fois au public. Celui-ci (re)découvrira la richesse de l’architecture Art nouveau à Liège à travers les dessins des Bains Grétry, du Palmengarten Vénitien, du Palais des Sports, de la salle de spectacle « La Salle royale Renommée » etc., ces bâtiments ayant été détruits ou modifiés au fil du temps.
Une autre facette de l’Art nouveau, originale et complémentaire.


Pendant l’été 1895, l’architecte-décorateur Gustave Serrurier-Bovy organise une vaste exposition sous le titre L’œuvre artistique au Casino Grétry à Liège, présentant une centaine d’exposants, dont quelques noms prestigieux du mouvement Arts and Crafts, de l’école de Glasgow et du symbolisme belge. Pour les architectes liégeois, ce souffle novateur, bilan de l’Art nouveau en pleine éclosion est l’occasion de faire connaissance avec l’activité d’avant-garde de leurs confrères. Leurs réalisations art nouveau se multiplient alors à partir de 1900, s’étendant surtout parmi la moyenne et la petite bourgeoisie qui espère se rattacher à un mouvement d’élite.

L’apparition du nouveau style est étroitement liée à la création des nouveaux quartiers à la fin du XIXe siècle. Les quartiers de Fragnée, de Fétinne et des Vennes profitent de l’exposition universelle de 1905 et se voient asséchés par la construction de la Dérivation. Le centre historique se voit moins affecté par le nouveau style, à l’exception des nombreuses devantures art nouveau, créées surtout autour de l’année 1905.

Les commerçants suivent la mode du moment, espérant attirer les visiteurs de l’exposition universelle et se démarquer de la concurrence. Parmi les plus remarquables exemples figurent les Galeries du Pont d’Avroy par P. Jaspar, le magasin Cohn-Donnay par P. Hamesse ou le magasin Verlaine par M. Devignée.

Le nouveau style a le grand mérite d’introduire l’usage du fer et du verre dans les constructions, l’apport de lumière et d’air vers l’intérieur de la maison étant préconisé afin d’améliorer l’hygiène de vie des habitants. Tel est aussi le but des bâtiments publics Les bains Grétry par J. Lamy et P. Ledent, ainsi que du Palais des Sports par E. Thibeau.


A la différence des architectes art nouveau de la première génération, les Liégeois se bornent principalement à l’imitation du nouveau décor et font de l’Art nouveau un répertoire de formes décoratives, se concentrant presque exclusivement sur la façade. L’Art nouveau est alors allègrement absorbé par l’architecture éclectique où il est combiné à des styles historiques, tels que le néogothique, le néo-classicisme ou la « Renaissance mosane ». Certains architectes, dont V. Rogister, M. Devignée et J. Nusbaum, n’hésitent pas à intégrer des symboles maçonniques dans la sculpture ornementale.

Informations pratiques


Exposition accessible du 27 septembre 2008 au 18 janvier 2009.
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h ; fermé le lundi.
Entrée (comprenant le MAMAC) :
8€ individuels
6€ groupes adultes et seniors
3€ groupes scolaires, étudiants 12>18 ans, sans emploi
1,25€ article 27
10 € pass biennale design

www.designliege.be


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301